L’arrestation de Louis Mandrin : Diplomatie, classement d’archives, et souvenirs de lecture à l’Archivio di Stato de Turin

Le classement de 12 mazzi (unités archivistiques) relatifs aux négociations diplomatiques entre la France et le duché de Savoie, puis le royaume de Sardaigne1, entre la fin du XVe siècle et l’unité italienne (1861)2 qui m’a été confié au cours de mon stage est l’occasion pour moi de côtoyer au quotidien des documents très intéressants qui évoquent les pages les plus célèbres de l’Histoire nationale et européenne, des guerres d’Italie à l’épopée napoléonienne, en passant par les nombreuses guerres menées par Louis XIV. Ce prisme particulier des relations entre les deux puissances met notamment en avant l’ambition qu’a la famille régnante de Savoie de préserver l’indépendance de ses États, pris en étau entre France et Empire tout au long de la période, et les difficultés de la réalisation de cette ambition, dans le jeu sans cesse rebattu de la géopolitique européenne. Si les négociations pour les traités de paix, ou les mariages entre familles régnantes occupent une bonne place dans la documentation, majoritairement constituée de correspondance diplomatique, c’est par l’aspect moins connu et moins immédiatement évocateur de la collaboration policière et judiciaire que je souhaite aborder ici la question des relations entre la France et la Savoie.

On trouve en effet dans le petit ensemble documentaire que je classe , quelques exemples où les autorités françaises et savoyardes travaillent de concert à la répression de délits ou de crimes, et à la recherche de suspects. Cette pratique semble assez ancienne : dès le début du XVIe siècle, en 1528, le roi François Ier ordonne par mandement au sénéchal de Lyon de procéder à la recherche et à l’arrestation de « délinquants savoyards » réfugiés à Lyon après le rapt d’une jeune fille commis en Savoie ; le sénéchal devra ensuite remettre les coupables « aux personnes que le duc aura chargées de s’assurer d’elles ».

Cet acte fait écho à d’autres documents bien plus tardifs, présents dans le même ensemble : deux lettres de 1839 et 1841, adressées par les ministres français des Affaires étrangères à l’ambassadeur du roi de Sardaigne à Paris, le marquis Antoine de Brignole, évoquent un « trafic odieux » signalé par le second aux premiers. Des sujets sardes exerçant la profession de saltimbanque se livreraient en effet à un trafic d’enfants entre le comté de Nice, possession du roi de Sardaigne enclavée en France3, et la Provence. Ces saltimbanques sardes achèteraient ou voleraient des enfants à des paysans dans leur pays d’origine, avant de venir exercer leur métier avec eux en France. Cela suscite des craintes chez les dirigeants politiques de part et d’autre de la frontière quant aux troubles à l’ordre public que pourraient causer ces individus, en raison notamment de la mauvaise vie qu’on leur impute, du fait-même de leur activité (« pour les amener en France et les dresser au métier de saltimbanque des enfants en bas âge qui, livrés à tous les vices inséparables d’une pareille profession, rapporteraient ensuite dans leur patrie, de contagieux exemples d’immoralité »). Le gouvernement français décide alors, sur les conseils et en collaboration avec les diplomates sardes, de prendre des mesures restreignant drastiquement la délivrance de passeports aux enfants sardes et de contrôler sévèrement les saltimbanques qui voudraient franchir les frontières entre la France et la Sardaigne, aussi bien dans le département du Var, limitrophe du comté de Nice, que dans les départements voisins de la Savoie et du Piémont (Hautes et Basses Alpes, Isère, Ain).

La collaboration judiciaire entre les deux États franchit un pas supplémentaire en 1820 avec la signature par les rois Charles X et Victor-Emmanuel I d’un traité pour l’extradition réciproque des déserteurs et des malfaiteurs. On dispose, pour les années 1841-1842 de lettres originales envoyées par le ministre François Guizot en réponse à des demandes d’extradition émises par l’ambassadeur du roi de Sardaigne, Antoine de Brignoles. J’ai d’abord pensé y trouver des exemples d’une collaboration des monarchies française et sarde en vue d’une répression politique dirigée contre les bonapartistes, les républicains et les carbonari, et peut-être des cas de friction diplomatique entre les deux États. Il n’en est rien. Aucune des 20 lettres de demande d’extradition adressées par l’ambassadeur de Sardaigne en France au ministre de la justice français et conservées dans cet ensemble ne fait référence à des affaires politiques ; les personnes recherchées sont généralement convaincues de vols ou de meurtres ; dans un certain nombre de cas, il s’agit de femmes reconnues coupables d’infanticide. Ces lettres se caractérisent par leur ton très neutre quoique courtois et leur grande homogénéité d’une affaire à l’autre. Elles semblent ainsi refléter une pratique assez systématique, et finalement très administrative, plutôt que des cas exceptionnels et délicats, qui nécessiteraient un soin particulier afin d’éviter tout incident diplomatique. C’est toutefois le ministre français de la justice lui-même qui signe ces lettres. S’il est probable que des cas d’extraditions pour des crimes politiques sont survenus, puisque les négociations du traité insistent sur la possibilité d’extrader les individus coupables « d’attentats et de complot dirigés contre le souverain et contre la maison régnante », ainsi que de « désobéissance et résistance à l’autorité publique », force est de constater qu’ils n’ont pas laissé de trace ici. Sans doute trouverait-on plutôt des cas d’extraditions politiques, du côté sarde, dans les archives du Secrétariat d’État aux affaires intérieures consacrées à la « haute police ».

Un dernier document témoigne de la collaboration des agents de justice des rois de France et de Sardaigne, mais aussi des limites de celle-ci : il s’agit des copies de la correspondance entre le comte de Sartirana, ambassadeur de Sardaigne à la cour de France, et le roi de Sardaigne, Charles-Emmanuel III, au sujet des contrebandiers qui sévissent en Dauphiné et en Savoie au milieu du XVIIIe siècle, dirigés par le célèbre Louis Mandrin.

Cette correspondance m’a particulièrement intéressé puisqu’elle m’a rappelé le souvenir de la lecture des Bandits d’Eric Hobsbawm4, dont l’année 2017 marque le centenaire de la naissance. Cet ouvrage pionnier, qui a suscité de nombreux débats et études depuis sa parution en 1969, traite de la figure du « bandit social », et des formes populaires de résistance voire de révolte primitive face à la classe sociale dominante, à la loi et à l’ordre étatique. Le contrebandier Louis Mandrin semble en effet correspondre assez bien à l’idéal-type du bandit social tel que le définit Hobsbawm : né dans le monde rural, dans une petite ville du Dauphiné, issu d’une famille de commerçants désargentés, Mandrin refuse de se soumettre à l’impôt, et à l’État, et se pose ainsi, aux yeux de la société rurale dont il fait partie, en justicier vengeur, qui se dresse contre la domination extérieure à ce monde exercée par les fermiers généraux. Il devient ainsi un hors-la-loi et un criminel aux yeux de l’État, mais reste intégré dans la société rurale, qui le protège, le soutient et l’admire, au point d’en faire un héros après son arrestation, suite à une trahison, et sa mort, inévitables pour achever la mythologie du bandit social. C’est ainsi que Mandrin a laissé une empreinte non négligeable dans la culture populaire, notamment au travers de la « complainte » qui porte son nom, apparue peu après sa mort, reprise par les Communards, et chantée plus tard par Yves Montand ; ou encore par le nombre de films qui sont consacrés à ce personnage.

En tant que contrebandier, Mandrin se livre au commerce clandestin de marchandises qui sont fortement taxées par la monarchie,5 notamment le tabac ou certaines étoffes. Cette activité se développe particulièrement dans des zones frontalières, comme le Dauphiné, terre française qui jouxte la Savoie, où Mandrin va acheter des produits à vil prix avant de les revendre en France, sans payer l’impôt. C’est ce non-paiement de l’impôt royal qui en fait à la fois un criminel de lèse-majesté pour les autorités et un héros rebelle pour la société rurale. Bien entendu, Mandrin ne formule pas de critique théorique globale contre la fiscalité royale. Il la trouve injuste, certes, mais son refus est individuel, bien qu’il entraîne avec lui des troupes importantes. Il n’y a pas chez Mandrin de volonté de renverser l’ordre monarchique, seulement un rejet d’une mesure inique. Il est en cela un « primitif de la révolte »6, et non le militant politique que certains ont voulu faire de lui, dès après sa mort en 1755, notamment en lui prêtant un « testament politique », à la manière de celui d’hommes d’État comme Richelieu ou Louvois, qui aurait été rédigé depuis sa cellule, avant son exécution. Ce testament, publié en 1756, dont la page de titre prétend qu’il est authentique, semble avoir été écrit par l’aventurier et homme de lettres Ange Goudar, et constitue une critique en règle de l’État de finances et de la fiscalité, par le prisme de la Ferme Générale qui lui est associée. Si on ne dispose pas d’écrit de ce type émanant de Mandrin de lui-même, son pseudo-testament a une certaine importance dans la construction de son image de héros pré-révolutionnaire.

La correspondance conservée à l’Archivio di Stato de Turin ne documente qu’une petite partie de l’histoire de Mandrin, d’août 1754 à juin 1755, et ne révèle que le regard porté par les autorités sur le bandit social. Il est remarquable, d’abord, que cette dernière notion est tout à fait étrangère à la monarchie, qui, si elle n’ignore pas les appuis que reçoit Mandrin dans une partie de la société, se borne à les constater. Mandrin n’est pour les monarchies française et sarde, rien de plus qu’un infâme brigand, coupable « des plus horribles méfaits et meurtres », mais ne leur semble pas porteur d’une menace politique.

Les lettres sont donc presque exclusivement centrées sur les moyens à mettre en œuvre pour l’arrêter, et sur la collaboration nécessaire à cette entreprise ; il y a ici peu de réflexion sur la nature des délits, leur portée politique et sociale, les rapports qu’entretiennent les contrebandiers avec le peuple. Cette volonté de coopération entre France et Sardaigne est maintes fois affirmée par le roi sarde, qui demande à son ambassadeur le comte de Sartirana d’assurer que tous les efforts seront faits pour mettre fin aux activités de contrebande ; cette récurrence-même invite à penser que, dans les faits, l’ardeur des autorités sardes contre les contrebandiers est bien timorée. Le comte de Sartirana reçoit également plusieurs fois l’ordre de rappeler qu’il est difficile de distinguer les contrebandiers des honnêtes marchands, et qu’au nom du libre commerce, il n’est pas légitime de contrôler tous les marchands. Les autorités sardes de Savoie semblent ainsi limiter leurs actions de répression de la contrebande à des cas de flagrant délit, sans doute parce que celle-ci s’exerce plus aux dépends de la France que de la Savoie. L’ambassadeur sarde se voit toutefois remettre de la France une liste contenant le nom de toutes les personnes recherchées pour contrebande en Dauphiné, et participent à leur traque. Mais lorsqu’un contrebandier français est arrêté en Savoie, celui-ci n’est pas remis à la France, comme cela semblait convenu, mais jugé en Savoie, parce qu’il y aurait commis des crimes plus graves (lettre du 30 septembre 1755).

D’autres mesures de lutte contre la contrebande sont évoquées par la correspondance, qui reposent notamment sur la signature d’accords entre les deux États. Ainsi, le 11 novembre 1754, le roi de Sardaigne fait part à son ambassadeur de son désir de création d’un « cartel pour la restitution des criminels » entre la France et la Savoie, qui garantirait la coopération policière et judiciaire des deux puissances et formaliserait les restitutions, en leur donnant des règles écrites, afin d’éviter le règlement des situations au cas par cas, avec des négociations parfois longues. Le principal problème de la coopération est en effet qu’elle repose essentiellement sur des accords oraux, des « conventions verbales » selon l’expression des lettres, qui n’ont pas la valeur et la systématicité des traités qui sont signés au siècle suivant et sont déjà appelés des vœux du roi Charles-Emmanuel III. Le même jour, la suppression des droits d’aubaine est évoquée, qui conduirait à une harmonisation des coûts des produits des deux États, et réduirait donc les profits que pourraient réaliser les contrebandiers. Enfin, et c’est peut-être la mesure la plus originale et la plus directement liée au cas de Mandrin, le roi de Sardaigne parle de la possibilité d’un autre cartel franco-sarde, cette fois entre les fermiers généraux de France et de Savoie. En chargeant de part et d’autre de la frontière les mêmes personnes de collecter l’impôt que contournent les contrebandiers, il est effectivement presque certain que les hommes comme Mandrin, qui montent les fermiers savoyards et Français et leurs agents les uns contre les autres, et les forcent souvent à la complaisance, voire la complicité, auraient plus de difficultés à s’approvisionner en marchandises en Savoie pour les revendre en France. Cette mesure, si elle nuirait à Mandrin, ne ferait toutefois qu’accentuer la haine de celui-ci contre les fermiers généraux et leurs agents, auxquels il s’en prend souvent. Elle est symptomatique de la méconnaissance de la part du pouvoir de l’aspect social et politique du brigandage de Mandrin.

Si les limites de la collaboration policière et judiciaire apparaissent de nombreuses fois dans l’ensemble de cette correspondance, c’est surtout à la toute fin de celle-ci, dans les jours qui suivent l’arrestation de Mandrin qu’elles trouvent leur illustration la plus frappante. Mandrin est en effet arrêté en Savoie par des troupes françaises qui n’ont bien sûr pas l’autorisation d’agir dans ce territoire L’arrestation pend alors un tour politique et devient une véritable affaire d’État, qui crée de vives tensions entre les deux cours concernées. La Sardaigne réclame la restitution de Mandrin, afin qu’il soit jugé en Savoie, ce que la monarchie française et surtout les fermiers généraux ne peuvent se résoudre à accepter, au vu du défi que leur a lancé le contrebandier. Le roi Louis XV donne des ordres pour surseoir à l’exécution de Mandrin en vue d’une possible remise du prisonnier à la Savoie, mais ceux-ci arrivent trop tard et le bandit, condamné à mort, est roué à Valence le 26 mai 1755. À la suite de cet événement, l’ambassadeur Sartirana est rappelé à Turin par Charles-Emmanuel III et la représentation de la Sardaigne en France provisoirement suspendue (lettre du 10 juin 1755), dans l’attente de la restitution à la Sardaigne de trois autres contrebandiers récemment capturés par la France.

Pour aller plus loin :

  • Lise Andries (dir.), Cartouche, Mandrin et autres brigands du XVIIIe siècle, Paris, Desjonquières, 2010, coll. « L’esprit des lettres ».
  • Eric J. Hobsbawm, Les Bandits, 4e édition revue et augmentée par l’auteur, traduction de l’anglais par J. P. Rospars et N. Guilhot de Bandits, Londres, Weidenfield & Nicolson, 2000 (1ère ed. 1969), Paris, Zones, 2008.
  • Valérie Huss (dir.), Louis Mandrin, malfaiteur ou bandit au grand cœur ?, Grenoble, Musée dauphinois, 2005 (catalogue de l’exposition tenue de mai 2005 à mars 2006) [bibliographie complète pp. 137-144, disponible en ligne [http://www.musee-dauphinois.fr/2071-outils-documentaires.htm].
  • Nicolas Schmidt, « Mandrin, Cartouche et les autres : des bandits de grand chemin aux hérauts des Lumières », dans Images du siècle des Lumières à la télévision, construction d’une culture commune par la fiction, Louvain-la-Neuve – Paris, De Boeck, 2010.

Image mise en avant: Le portrait de Mandrin tiré d’après nature dans les prisons de Valence et a été exécuté le 26 May 1755, gravure à l’eau-forte, s.d., Paris, Bnf, Estampes et photographie, RESERVE QB-201 (101)-FOL, [disponible sur Gallica: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8409274v].

  1. à la suite du traité d’Utrecht, le duc de Savoie Victor-Amédée II accède à la dignité royale et devient roi de Sicile. Le royaume de Sicile est échangé avec l’empereur en 1718 contre celui de Sardaigne, dont Victor-Amédée II prend effectivement possession en 1720. []
  2. En 1861, le roi de Sardaigne Victor-Emmanuel II, prend le titre de roi d’Italie à l’issue de la seconde guerre d’indépendance italienne et après avoir rattaché à la Sardaigne tous les États de la péninsule italienne ; cela marque la fin du Risorgimento, le long processus d’unification de l’Italie amorcé au début du XIXe siècle. []
  3. Le comté de Nice ainsi que la Savoie sont réunis à la France en 1860, en exécution du traité de Turin. []
  4. Eric J. Hobsbawm, Les Bandits, 4e éd., Paris, Zones, 2008. []
  5. « Contrebande : ’introduction dans un pays de produits prohibés, sans acquitter les droits d’entrée » TLFi : Trésor de la Langue Française informatisé, http://www.atilf.fr/tlfi, ATILF – CNRS & Université de Lorraine. []
  6. Eric J. Hobsbawm, Les primitifs de la révolte dans l’Europe moderne, Fayard, 1963, coll. « l’Histoire sans frontière » (1ère éd. 1959). []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *