Les minorités noires à Bordeaux au XVIIIe siècle

Pour le début de ces Carnets de recherche chartistes, Julie Duprat (élève en fin de deuxième année) a accepté de répondre à quelques questions et de nous présenter sa thèse sur les Minorités noires à Bordeaux au XVIIIe siècle (1763-1792). Direction l’Aquitaine et les Antilles à la fin de l’époque moderne pour cette étude prosopographique. Propos recueillis par Claire Daniélou.

Pour commencer, Julie, peux-tu nous expliquer à quoi correspondent les dates qui bornent ton sujet ?

Mon étude commence en 1763, c’est-à-dire au moment de la signature du Traité de Paris à l’issue de la Guerre de Sept Ans. Les Antilles à l’époque avaient un statut assez flou : il s’agissait de colonies espagnoles mais depuis environ 150 ans il y avait une prédominance française sur la région. Le Traité de Paris vient confirmer que les Français règnent véritablement sur les îles à sucre. Cela concerne des îles comme l’actuel Haïti, La Martinique, Sainte-Lucie… Quant à 1792, c’est l’année où un décret du 28 mars 1792 de l’Assemblée nationale établit l’égalité entre les blancs et « les hommes de couleur & nègres libres », avant que l’esclavage soit aboli en pleine révolution1 et que Napoléon ne le remette en place.

Cette période correspond à un essor des plantations sucrières et de l’esclavage.

Du côté géographique, pourquoi avoir choisi Bordeaux ?

Bordeaux était le premier port français au XVIIIe siècle, tous commerces confondus, et c’était aussi le port qui avait le plus d’interactions avec les îles à sucre. On a pu négliger Bordeaux et l’Aquitaine au profit de Nantes pour traiter des questions de la traite négrière et des minorités noires car Nantes était le premier port de traite négrière. Bordeaux n’a reconnu que très récemment son implication dans la traite, il y a donc actuellement un travail de mémoire, qui permet de ré-exploiter les archives en ce sens.

Par ailleurs, un travail sur un volume du Dictionnaire des gens de couleur dans la France Moderne2 sur le Midi est en préparation pour la fin 2015, mes recherches sont donc dans la continuité de ce projet.

Quelles sont les dénominations pour ces passagers de couleur ? 

Dans les sources, les termes les plus fréquents sont « nègre » ou « négresse », qui indiquent que la personne a ses deux parents de couleur. Avec le développement de l’esclavage sur les îles à sucre, il est aussi fréquent d’être un « nègre » originaire d’Afrique ou né sur une plantation dans les îles.

« Mulâtre » est aussi très fréquent, pour une personne avec un parent noir ; « quarteron », avec un grand-parent noir. Le fait d’avoir dans son ascendance un noir, même assez lointain, est toujours bien souligné : on trouve aussi le terme d’ « octavon » (un arrière-grand-parent de couleur).

Des déclinaisons existent aussi : « cabres » et « cabresses » désignent des enfants issus de parents nègres et mulâtres, « grif » et « griffe », pour des enfants issus de parents nègres et cabres…

Plus rarement, on trouve les mots « noir », « métive » (pour une personne avec un parent d’origine indienne, les habitants des îles avant l’arrivée des colons) ou aussi « indien ». Le vocabulaire n’est pas réellement fixe, on voit des différences entre les îles.

On peut aussi noter la situation particulière des « blancs de couleur » qui ont un aïeul de couleur mais qui ont des certificats attestant de leur « blancheur ». Leur différence n’est pas visible et ils sont parfaitement intégrés à la société, ne subissant pas les discriminations et les difficultés des personnes de couleur. Ils ne font donc pas partie de mon étude.

Sur quelles sources se fonde ton travail ? 

Mes sources principales pour cette étude sont les archives de la marine : les registres de passagers, les retours et les arrivées entre Bordeaux et les Antilles. Quand le passager est de couleur, cela est toujours indiqué, ce qui permet d’avoir une idée du type de personnes qui faisaient l’aller retour entre ces deux pôles. Certains registres sont plus détaillés, et indiquent l’origine géographique des passagers (des îles comme des nations africaines, comme le Congo et le Doudon), parfois leur âge, leur statut (esclaves ou libres), leur métier.

J’ai pu déterminer quantitativement la présence des passagers de couleur à Bordeaux. On voit un léger décalage : au départ de Bordeaux, il y a environ une centaine de passagers par an, contre 80 par an pour les arrivées depuis les Antilles. Il y a aussi une différence nette entre hommes et femmes : les passagers sont en majorité des hommes jeunes, pour leur force de travail ; les femmes sont moins nombreuses et plus âgées : elles sont clairement destinées à des métiers de nourrice.

Le registre de recensement de 1777 m’apporte un complément très exhaustif pour cette année précise. Suite à un décret royal qui indique que toute personne de couleur vivant en France depuis plus de 2 ans doit être déclarée libre, toutes les personnes dans les amirautés doivent déclarer leur personnel de couleur. Ce document est très incomplet : nombreux ont vu le danger qu’il y avait de rendre la liberté et ne se sont pas présentées bien entendu. Toutefois, le registre concerne une centaine de personnes de couleur à Bordeaux.

Je dois encore me pencher sur les registres paroissiaux conservés aux Archives Municipales de Bordeaux. Je suppose pour l’instant que les personnes libres, grâce à leur indépendance de mouvement, sont plus présentes dans les actes ; ceux qui restent rattachés à leurs maîtres n’apparaissent souvent que dans les documents relatifs aux voyages maritimes et sont invisibles en dehors. Si mon hypothèse se confirme et si j’en ai le temps, cela pourrait m’amener à faire quelques études de trajectoires.

Une autre source se révèle étonnante : la presse bordelaise3. Il s’agit surtout d’annonces et j’ai pu y trouver des informations originales qui renseignent sur le quotidien bordelais : je m’attendais à des annonces de ventes d’esclaves, mais j’ai trouvé des annonces de personnes de couleur qui cherchent à se placer dans une maison en domesticité, des déclarations de perte de certificat de liberté… Ou encore des annonces de tailleurs pour des « culottes à nègres ». Produites par centaines, je pense qu’elles s’adressaient aux esclaves et domestiques (ce qui ne serait pas étonnant puisque même les gens de couleur libres devaient s’habiller de façon particulière, afin que leur statut soit bien différencié de celui des Blancs). Cela doit surtout désigner des vêtements pratiques et bon marché car j’ai trouvé une fois la mention « culottes à nègres pour marins ». Quoiqu’il en soit, l’expression interroge réellement.


Pour aller plus loin :

– un article qui repose bien la problématique :

Dominique ROGERS, “Présences noires en Aquitaine au XVIIIe siècle, une question à redécouvrir.” Bulletin de l’Institut Aquitain d’Études Sociales, n. 76, t. II, Les Esclavages, 2001, p. 103–21.

– deux monographies :

Jacques de CAUNA, L’Eldorado des Aquitains: Gascons, Basques et Béarnais aux Iles d’Amérique (XVIIe-XVIIIe siècles), Biarritz, Atlantica, 1998.

Erick NOËL, Être noir en France au XVIIIe siècle, Paris, Tallandier, 2006.


  1. Par un décret de la Convention du 16 pluviôse an II (4 février 1794) []
  2. Deux volumes sont déjà parus : Noël, Erick (dir.), Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne – Paris et son bassin. Entrée par localité et par année (fin XVe siècle–1792), Genève, Droz, 2011 ; Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne, Vol. II – La Bretagne. Entrée par année (début XVIe siècle-1792), Genève, Droz, 2013. []
  3. Consultable sur Séléné, la bibliothèque numérique de Bordeaux.) []

5 réflexions au sujet de « Les minorités noires à Bordeaux au XVIIIe siècle »

  1. Est il vrai qu’au XVIII et XIX siècle 10% de la population de Bordeaux était d’origine africaine ? Si oui que sont ils devenus tous ces gens,n’ont ils pas eu de descendance? car au XX siècle cela n’apparaît pas forcément en observant les rues de la ville. La population noire de Bordeaux aujourd’hui est plutôt très récente, les esclaves d’hier n’auraient ils donc pas eu de progénitures ?

    1. Je ne suis nullement spécialiste , mais j’ai lu plusieurs descriptions des passagers de Bordeaux vers les Iles ; les nombreux « négres » sont soit des esclaves accompagnant leurs maîtres et repartant avec eux, soit des négres enregistrés à l’Amirauté, envoyés en France pour apprendre « la religion » et un métier, et devant être « livrés » à Mr ou Mme … à qui ils appartiennent, dans les Isles.
      Dans ces cas-là, ils ne sont qu’en transit.
      Il semble que très peu aient fait souche, le seul cas de mariage ( à Paris ) au XVIIe concerne un « fils de roi africain ».
      Il faudrait avoir un accès plus large aux archives girondines, pour que les amateurs vivant loin de là aient des notions sur ce passé !
      Mais une réponse éclairée serait très appréciée !

      1. Bonjour !

        Merci de votre commentaire ! Alors, voici une réponse (éclairée, je l’espère !). Effectivement, beaucoup de personnes de couleur (environ 80 % des passagers débarqués à Bordeaux) étaient en transit : certains repartaient quasiment immédiatement dans les colonies, d’autres sont effectivement restés entre une et trois années pour apprendre un métier ou le catéchisme. En revanche, un petit pourcentage de ces passagers sont restés à Bordeaux : certains se sont établis à leur compte, notamment dans les métiers de la perruquerie ou de la cuisine ; d’autres, ont servi très longtemps leurs maîtres en France : nous avons ainsi relevé plusieurs cas de personnes arrivées en France adolescent et toujours présents vingt, trente, voir quarante années plus tard lors du recensement de 1777 de la population noire française. Difficile de parler de transit dans ce cas-là …

        Par contre, plusieurs personnes de couleur ont effectivement fait souche à Bordeaux : nous avons retrouvé 5 contrats de mariage de ce type dans les registres paroissiaux et nous savons par ailleurs qu’une petite vingtaine d’unions ont eu également lieu dans cette même ville, via des sources annexes. Le même phénomène se retrouve d’ailleurs à Paris où il y a une vraie communauté de libres de couleur, souvent mariés : je vous invite à aller consulter l’article de Pierre Boulle, sur les non-blancs à Paris à la veille de la Révolution, où il démontre l’existence de plusieurs cellules matrimoniales « mixtes ». Erick Noël, dans son ouvrage de référence sur Etre noir en France au 18ème siècle, rappelle également que près 40 unions de ce type ont été recensées sur le territoire français en 1777. C’est donc un phénomène extrêmement à la marge, certes, mais bien réel et qui témoigne de la relative intégration de ces nouveaux venus en métropole, souvent bien plus indulgente à leur égard que dans les colonies ! Conséquence de cette présence noire : plusieurs enfants métis, parfois légitimes au sein d’unions mixtes, parfois bâtards, voient le jour sur le sol français, situation qui ouvre un champ passionnant sur la question de leur double identité.

        J’espère avoir pu répondre à vos questionnements !

        Julie Duprat

      2. Bonjour !

        Merci de votre commentaire ! Alors, voici une réponse (éclairée, je l’espère !). Effectivement, beaucoup de personnes de couleur (environ 80 % des passagers débarqués à Bordeaux) étaient en transit : certains repartaient quasiment immédiatement dans les colonies, d’autres sont effectivement restés entre une et trois années pour apprendre un métier ou le catéchisme. En revanche, un petit pourcentage de ces passagers sont restés à Bordeaux : certains se sont établis à leur compte, notamment dans les métiers de la perruquerie ou de la cuisine ; d’autres, ont servi très longtemps leurs maîtres en France : nous avons ainsi relevé plusieurs cas de personnes arrivées en France adolescent et toujours présents vingt, trente, voir quarante années plus tard lors du recensement de 1777 de la population noire française. Difficile de parler de transit dans ce cas-là …

        Par contre, plusieurs personnes de couleur ont effectivement fait souche à Bordeaux : nous avons retrouvé 5 contrats de mariage de ce type dans les registres paroissiaux et nous savons par ailleurs qu’une petite vingtaine d’unions ont eu également lieu dans cette même ville, via des sources annexes. Le même phénomène se retrouve d’ailleurs à Paris où il y a une vraie communauté de libres de couleur, souvent mariés : je vous invite à aller consulter l’article de Pierre Boulle, sur les non-blancs à Paris à la veille de la Révolution, où il démontre l’existence de plusieurs cellules matrimoniales « mixtes ». Erick Noël, dans son ouvrage de référence sur Etre noir en France au 18ème siècle, rappelle également que près 40 unions de ce type ont été recensées sur le territoire français en 1777. C’est donc un phénomène extrêmement à la marge, certes, mais bien réel et qui témoigne de la relative intégration de ces nouveaux venus en métropole, souvent bien plus indulgente à leur égard que dans les colonies ! Conséquence de cette présence noire : plusieurs enfants métis, parfois légitimes au sein d’unions mixtes, parfois bâtards, voient le jour sur le sol français, situation qui ouvre un champ passionnant sur la question de leur double identité.

        J’espère avoir pu répondre à vos questionnements !

        Julie Duprat

    2. Bonjour !

      Alors, voici un début de réponse, bien que je n’ai jamais entendu parler de ce chiffre de 10 % de la population bordelaise d’origine africaine au XIXe et XXe siècles : on estime qu’entre 0,5 et 1 % de la population bordelaise était noire au XVIIIe siècle. Sachant qu’une minorité d’entre eux se sont mariés à Bordeaux et on eu une descendance, je vois mal comment on pourrait atteindre un tel chiffre …. D’où tenez-vous cette information ?

      Quant à la descendance des anciens esclaves à Bordeaux, cette dernière, est à mon avis, largement invisible aujourd’hui. Les personnes de couleur ne se sont que très rarement mariées entre elles : la plupart avait un conjoint Blanc et leurs enfants les ont bien souvent imités. Au bout de trois ou quatre générations, l’ascendance noire devient donc invisible aux yeux de tous et l’origine créole a même pu être oubliée. L’exemple le plus percutant que j’ai pu trouver est celui de Joseph de Lamartinie : né en 1798 à Tournon, son père était Blanc, sa mère « quarteronne » (elle était issue d’un métissage, avec un grand-parent noir) et il est lui-même qualifié de « quarteron ». Bien qu’il est donc été recensé comme étant « de couleur » en 1807, cette origine n’affecte pas, de fait, sa vie sociale ni même politique puisqu’il devient maire de la commune de Montayral en 1840. Sans vouloir trop m’avancer, je suppose qu’aujourd’hui, les descendants de Joseph Lamartinie ont probablement oublié l’origine africaine de leurs aïeuls …

      J’espère avoir répondu à votre question !

      Julie Duprat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *