« Aux plumes d’or » : les maîtres écrivains au XVIIe siècle

Célia Cabane, archiviste paléographe (prom. 2017), présente sa thèse d’École des chartes, intitulée « Aux plumes d’or ». Les maîtres  écrivains à Paris, calligraphes au XVIIe siècle, réalisée sous la direction de MM. Marc Smith, professeur de paléographie à l’Enc et directeur d’études à l’EPHE, et Reynald Abad, professeur d’histoire moderne à l’Université Paris-Sorbonne.

Propos recueillis par Nola N’Diaye.


Comment es-tu arrivée à ce sujet de thèse ?

Je suis arrivée à l’École des chartes avec l’envie de faire une thèse d’histoire symbolique, autour d’un arbre éventuellement. Et en première année, au fil des cours, j’ai commencé à m’intéresser à tout et surtout à beaucoup trop de thématiques. J’avais dressé une liste de sujets de thèse potentiels qui en contenait plus d’une vingtaine. Les cours de paléographie en particulier ont trouvé écho avec ma fascination pour les formes de l’écriture et je suis simplement allée demander à M. Marc Smith, professeur de paléographie, s’il avait un sujet de thèse à me proposer. Il travaillait et travaille toujours sur les manuels de maîtres écrivains français, dont il prépare une bibliographie regroupant tous les exemplaires conservés. Il avait donc plusieurs sujets de recherche à me proposer sur les maîtres écrivains et j’ai choisi de me consacrer à une étude prosopographique sur le XVIIe siècle.

En quoi ce métier de maître écrivain est-il particulier par rapport aux autres métiers du XVIIe siècle ?

Ce n’est pas un métier courant, dans le sens où il n’existe probablement pas dans toutes les villes de France (les chercheurs en histoire de l’éducation en ont repérés à Paris, Rouen, Amiens, Lyon et Chartres, mais rien pour le Sud de la France pour l’instant) et que même à Paris, ville dans laquelle la communauté est la plus importante, il n’y a généralement qu’une soixantaine de maîtres écrivains exerçant le métier en même temps. Ensuite, c’est un métier qui est entre deux catégories professionnelles différentes sous l’Ancien Régime : les corporations d’arts et métiers d’un côté et les professions dites « libérales » de l’autre. Cette séparation entre les deux se fait sur « l’art » exercé : ceux dont le métier concerne un art libéral tel que la grammaire, la rhétorique ou la musique sont considérés comme au-dessus de la condition des artisans et ils exercent une profession dite « libérale ». Les autres artisans se regroupent en métiers jurés, appelés corporations d’arts et métiers, qui à l’époque moderne sont des groupements professionnels qui détiennent le monopole de l’exercice de leur métier dans la ville où ils sont établis. Ce qui rend les maîtres écrivains particuliers et donc intéressants, c’est qu’ils enseignent l’écriture, donc un art libéral, mais sont constitué en communauté d’arts et métiers dès leur création en 1570. En conséquence, ils sont classés par leur appartenance à la communauté comme des artisans, mais aspirent tous à être mieux considérés socialement, sans toujours y parvenir. C’est cette tension entre aspirations et réalités socioéconomiques qui est intéressante à étudier.

Quels ont été tes axes d’étude ?

Les études qui portaient déjà sur les maîtres écrivains n’ayant pas eu une vision d’ensemble de la communauté, j’ai décidé dans un premier temps de m’attacher à l’analyse de la communauté et de son fonctionnement, à travers les différents règlements et compte rendus d’assemblée que j’ai pu trouver. Cela m’a permis notamment de m’attacher aux conflits qui animent la période, comme celui avec les maîtres des petites écoles.

Dans un deuxième temps, j’ai pensé qu’il serait bon de documenter la vie des maîtres écrivains, à travers une étude biographique, qui me permettrait de faire remonter, s’il existent, des comportements communs et des manières de vivre spécifiques aux membres de la communauté, sans oublier de souligner les différences si j’en trouvais. C’est cette partie-là qui est la plus nouvelle, puisqu’il s’agit pour la plupart de personnes de condition modeste, donc oubliées de l’historiographie.

Enfin, je suis venue à ce sujet par la paléographie, il fallait donc que je consacre une partie à l’écriture, et plus précisément à l’écriture comme métier. Je me suis donc attachée à décrire le plus précisément possible ce que l’on sait de leur enseignement de l’écriture, mais aussi les manuels qui servent de support à la diffusion de la calligraphie.

Ton travail autour des sources est considérable, quelle a été ta méthodologie ?

J’ai mis l’accent dans l’ensemble de la thèse sur les sources, parce que c’est ce qui est novateur dans la démarche. J’ai ainsi réuni un grand nombre de sources qui n’avaient pas été étudiées ensemble auparavant : des sources administratives de la corporation, des sources sociales et économiques mais aussi des sources d’histoire du livre comme les manuels.

Pour la méthodologie, je me suis en effet penchée en priorité sur les minutes du Minutier central des notaires de Paris, afin d’y trouver le plus possible d’actes notariés concernant les membres de la communauté. J’ai utilisé la Salle des Inventaires Virtuelle (S.I.V.), qui contient déjà un grand nombre d’inventaires presque pièce à pièce d’un grand nombre de minutes, et qui mentionnent généralement le métier des personnes concernées par l’acte. Cela m’a permis de faire une recherche « écrivain », afin de ne pas rater certains maîtres écrivains qui n’auraient pas eu droit à la mention maître dans la prise de notes du notaire. Après avoir constitué une base de documents à dépouiller, je me suis rendue aux Archives armée de mon appareil photo et j’ai systématiquement photographié les actes, même si je les déchiffrais sur place pour vérifier qu’il s’agissait bien des actes signalés dans la S.I.V. Le soir en rentrant, je rangeais tous les actes en les nommant précisément et en tenant à jour un tableau des photos que j’avais faites, afin de toujours retrouver la trace des photos si j’avais besoin de revenir sur le document.

En ce qui concerne le traitement des données, j’ai décidé de permettre une double lecture de l’étude biographique : ceux qui sont intéressés par le comportement général des membres de la communauté peuvent lire les chapitres de la partie II, mais ceux qui cherchent des informations sur un maître en particulier peuvent se référer aux fiches biographiques que j’ai établies dans les annexes et qui sont classées par ordre alphabétique. Dans ces fiches il y a un peu toutes les informations que j’ai pu réunir sur les maîtres : famille, activité professionnelle, adresses, signature, auxquelles j’ai joint l’ensemble des sources qui m’ont permis d’avoir ces informations. Cela permet ainsi aux chercheurs de pouvoir retrouver directement les sources qui les intéressent. En plus des fiches, j’ai également exploité les sources en cartes, pour pouvoir appréhender la répartition dans Paris des membres de la communauté.

As-tu relevé des choses auxquelles tu ne t’attendais pas ?

Oui. Je ne pensais pas trouver dans les archives notariales des compte rendus d’assemblées des maîtres écrivains, parce que je pensais qu’ils les rédigeaient eux-mêmes et donc que cela avait été détruit avec les autres papiers de la corporation lors de la Révolution. J’étais donc plutôt contente ! De la même manière, j’ai appris beaucoup de choses sur les maîtres en lisant des actes notariés qui les concernent : on a véritablement l’impression de rentrer chez eux lors d’un inventaire après décès, ou de s’offusquer avec eux lorsqu’ils se défendent en justice.

J’ai découvert par exemple la défense de quatre maîtres, Pierre de Billères père et fils, Mathurin Alix et Gérard Rafflé, contre Etienne Millet, alors syndic de la communauté, qui leur intente un procès parce qu’ils refusent de participer financièrement au remboursement des comptes de Louis Barbedor, qui est syndic avant Millet pendant six ans. Louis Barbedor, c’est une star dans ma thèse : la plus belle main du siècle, le syndic au moment de la réforme de l’écriture de 1633, auteur d’un très beau manuel, c’est vraiment l’homme sur lequel j’avais le plus de documentation et qui est resté pour tous les historiens de la calligraphie comme LE calligraphe du XVIIe siècle. Sauf que dans cette défense, je découvre, si les quatre maîtres disent la vérité, qu’il a largement profité de sa position de supériorité (en tant que syndic mais également parce qu’il était à la tête d’une fortune plus importante que la plupart des écrivains jurés) pour accroître sa fortune personnelle et constituer une « cabale » à la tête de la communauté, dans laquelle serait notamment Etienne Millet. Il y a notamment dans cette défense un passage sur les méthodes employées par Millet et Barbedor, pour faire signer aux membres de la communauté un document d’accord pour un remboursement à prélever auprès de tous les maîtres : « Rafflé et Alix, deux des deffendeurs, ont à la verité signé ledit reglement […] : les ont fait lever de leur lict lesdits Barbedor et Millet, assistez de sept ou huict de sa caballe, leur ayant escamoté ou changé de papier pour un autre ». Cela m’a permis de nuancer mon propos concernant Louis Barbedor, même si je n’ai pas pu trouver trace d’un jugement suivant cette défense, qui m’aurait permis d’en savoir plus sur les malversations effectives ou non du plus célèbre syndic du XVIIe siècle.

Quelles sont les difficultés que tu as rencontrées?

Le principal problème d’une grande enquête dans les documents notariés, c’est la taille du corpus. J’avais, rien que pour les minutes, plus de 11 Go de photos à traiter, ce qui représente environ 330 actes. Il faut arriver à tout lire, et quand il s’agit de minutes notariales du XVIIe siècle, même avec trois ans d’entraînement, ce n’est clairement pas évident.

J’ai également manqué d’organisation au début de la thèse : j’ai dû recommencer tout mon système de noms des photos, ce qui m’a pris pas mal de temps. Je n’ai aussi appris que plus tard qu’existait le registre des insinuations, qui contenait beaucoup d’actes que je n’avais pas vus dans la S.I.V. directement, ce qui m’a permis de compléter mes recherches mais m’a forcée à retourner dans la précipitation en fin de dépouillement aux Archives nationales.

Souhaites-tu poursuivre ce sujet dans une éventuelle thèse de doctorat ? Ou bien souhaites-tu travailler sur d’autres sujets à l’avenir ?

En sortant de la rédaction je disais que plus jamais je ne voulais travailler avec les maîtres écrivains, qu’ils m’avaient trop fait souffrir. En prenant du recul finalement, il y a encore quelques questions que je me pose sur eux et qui mériteraient des dépouillements supplémentaires. Et les XVIe et XVIIIe siècles n’ont pas encore été explorés, alors pourquoi pas. J’aimerais aussi pouvoir travailler sur autre chose, notamment retourner vers l’histoire symbolique qui me plaît toujours beaucoup.

Aurais-tu des conseils pour la promotion suivante?

Plein de conseils ! Parmi les plus importants, ne pas avoir honte de recopier mot pour mot les sources et la bibliographie, et surtout de bien noter toutes les pages, pour les deux. C’est une telle perte de temps de retourner dans les institutions de conservation ou les bibliothèques pour reprendre ce genre d’éléments.

Dépouillez tôt, mais ne dépouillez pas trop vite. Il faut s’y mettre rapidement, mais c’est justement pour prendre le temps de bien dépouiller ce que vous avez vu, mais aussi des éléments annexes dont vous ne verrez peut-être pas l’intérêt au début, mais qui vous serviront à un moment pour remettre en contexte. Typiquement dans mon cas, des archives notariales où les maîtres écrivains ne sont que témoins et pas acteurs principaux, mais qui renseignent sur leurs liens familiaux.

Faites des sauvegardes partout, en physique et en ligne. Parce que vous n’imaginez pas tout ce qui peut tomber en panne qui vous est en fait essentiel : votre PC évidemment, mais aussi votre chargeur de PC (le fourbe), la clé USB sur laquelle vous avez fait la sauvegarde, votre connexion Internet qui vous permettait de vous connecter à votre sauvegarde en ligne, les bibliothèques qui ferment et vous n’avez plus accès aux livres, le site des archives qui est en maintenance, etc. Pour ne pas rester sur cette note négative, dernier conseil : choisissez bien votre directeur de thèse et faites-vous plaisir à travailler sur ce sujet, c’est une chance de pouvoir faire de la recherche comme on la fait à l’École nationale des chartes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *