La station radioastronomique de Nançay

Au cours de son stage de quatre mois à la Conservation Régionale des Monuments Historiques du Centre-Val-de-Loire, Julie Glodt, élève de 2e année, a découvert à Nançay un site exceptionnel, tant par son caractère scientifique que par le processus de patrimonialisation qu’il a connu. Un travail mené conjointement par le service départemental de l’Inventaire et par les Monuments Historiques a permis de protéger et de restaurer le site, afin d’en faire profiter le public.

Situé aux confins de la Sologne, le site de Nançay1 est un vaste terrain de recherche scientifique de l’Observatoire de Paris et de l’ENS, dédié à l’observation des ondes extra-terrestres. Dans la station de radioastronomie, s’épanouissent aussi bien les lichens que les antennes aux formes diverses : de la classique parabole, au réseau de spirales pointées vers le ciel, sans oublier le grand radiotélescope. Désert technologique et monumental, choisi paradoxalement au lendemain de la Seconde Guerre mondiale pour devenir une des stations pionnières en France, le site pose aujourd’hui la difficile question de la patrimonialisation d’instruments désaffectés, dont la valeur première est pourtant celle de leur usage scientifique.

La radioastronomie, élaborée en 1932, se nourrit des développements du radar pendant la Seconde Guerre mondiale. Yves Rocard (1903-1992), directeur du laboratoire de physique de l’ENS récupère deux radars allemands dits Würzburg, donnés par les Anglais, et issus des usines allemandes. En 1955 les radars sont installés à Nançay, accompagnés d’un interféromètre, adapté sur un ancien radar américain, ainsi qu’un ancien projecteur DCA des États-Unis, qui avait déjà été utilisé sur les toits de l’ENS rue d’Ulm et en Afrique. En 1957, ont lieu les premières observations à l’aide de trente-deux antennes, devenues par la suite icônes de la petite ville. Dans les années 60, l’aménagement du site s’accélère : si dès 1962 les radars Würzburg sont devenus obsolètes, en 1964 naît le projet de la construction du grand radiotélescope, un miroir gigantesque de 8 000 m², conçu pour observer le gaz hydrogène dans l’espace et permettre ainsi l’étude des galaxies, des comètes et des pulsars. Suivent le réseau décamétrique composé de 144 antennes hélicoïdales, et les milliers d’antennes LOFAR et NenuFAR. Devenu obsolète depuis 2015, l’interféromètre de 1955 cesse d’être utilisé après soixante ans d’utilisation, un record de longévité sur le site. À Nançay, cohabitent désormais des instruments scientifiques avant-gardistes ainsi que d’anciennes antennes, témoins des premiers pas de la radioastronomie française.

La place de ces instruments sur le site dénote d’une patrimonialisation spontanée et empirique de certains de ces instruments : certaines antennes sont progressivement dépecées, d’autres sont détruites, les radars Würzburg, au contraire, sont conservés. L’un d’eux a été transféré au mémorial de Caen, en 1990. Cette patrimonialisation est d’autant plus inégale que les acteurs sont nombreux : de la mairie de Nançay, qui a récupéré trois antennes désaffectées pour les placer aux entrées du village, les détournant de la destruction, à la fabrique de sablés qui s’est appropriée l’image des antennes. Des cartes-postales et un film (La femme de Jean, de Yannick Bellon, 1974) témoignent également d’un attrait fort pour le site. Aujourd’hui, la disparition des membres de l’équipe d’Yves Rocard, entraîne un souci de sauvegarde de la mémoire du site, qui risque d’être perdue.

Dès 2001, le service des relations extérieures de la station de radioastronomie de Nançay, et notamment Roland Tocqueville, a entrepris des démarches auprès de la Direction Régionale des Affaires Culturelles Centre-Val de Loire. Plus récemment, Irène Jourd’heuil, conservatrice des Monuments Historiques, Philippe Bardelot, Conservateur des antiquités des objets d’art du Cher et Anne-Isabelle Berchon CAOA déléguée, ont contacté Jean Davoigneau, chargé d’études documentaires à la Mission de l’Inventaire général du patrimoine culturel (DGPAT), afin qu’il présente le dossier de protection des antennes. Les services des Monuments Historiques et la mission Inventaire collaborent ensuite pour enrichir la connaissance du site. Cette collaboration a débouché en décembre 2016 sur l’inscription au titre des Monuments Historiques, en Commission départementale des objets mobiliers (CDOM)2 des premières antennes, mais également de cornets déposés du grand radiotélescope, amorçant ainsi une patrimonialisation du grand radiotélescope, labellisé « Patrimoine XXe », en décembre 2016. Après l’inscription en 2003, la dernière antenne Würzburg sera présentée au classement et devrait faire l’objet d’une restauration.

Les antennes obsolètes pourraient prendre place dans un « jardin des antennes », ouvert librement au public, à proximité du « pôle des étoiles », un espace de médiation géré par une SASU sur le site de Nançay. Accompagnées de cartels explicatifs, elles enrichiraient ainsi l’histoire du site. Ce projet de valorisation s’inscrit bien dans l’éthique du service des Monuments Historiques, attentif à conserver les objets mobiliers dans un cadre qui leur donne du sens. Une publication de Jean Davoigneau, dans les collections de l’Inventaire, doit couronner ses recherches sur ce site. De la même façon, la conférence donnée le 27 avril 2017 dans le cadre des « Jeudi du patrimoine », organisé par le service des Monuments Historiques, sur le thème du patrimoine industriel, a permis de transmettre ses connaissances à un large public.

  1. Nançay, Cher, cant. Aubigny-sur-Nère. []
  2. Récemment remplacée par les CNAP, commissions nationales d’architecture et du patrimoine, par la Loi du 7 juillet 2016 relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *