« L’archiviste dans la cité. Un ver luisant » Compte rendu de lecture par Léo Davy

Édouard Bouyé, conservateur général du patrimoine et directeur des archives départementales de la Côte-d’Or, a publié en février 2017 un essai sur le métier d’archiviste.  Reposant sur de nombreux extraits d’archives et anecdotes, collectés au fil de plus de vingt années de pratique professionnelle au contact des professionnels, des producteurs, et des lecteurs des archives, Édouard Bouyé tire des considérations à l’attention de l’ensemble de ces acteurs.

Empruntant la métaphore du ver luisant qu’Honoré de Balzac a utilisé à l’endroit du personnage de l’archiviste dans son roman Ferragus (1833), Édouard Bouyé s’interroge sur la place et le rôle que tient et que doit s’efforcer de tenir l’archiviste dans la société. Tout comme ce coléoptère visible uniquement une partie de l’année et de plus en plus rare au milieu des campagnes, le travail de l’archiviste n’est remarqué et reconnu que de manière furtive dans la vie de la cité, alors que ses missions le portent à exercer une attention constante sur les trésors du patrimoine et la production contemporaine et future de celui-ci.

De cette expérience il retient, tout comme Gilles Désiré dit Gosset, citant Raoul Busquet, archiviste en chef des Bouches-du-Rhône, qui en faisait déjà état en 1932, le constat que les archives sont la « cinquième roue du carrosse »1 des administrations publiques, ce qui les relèguent explicitement ou implicitement au bas des organigrammes. Mais pleurer sur son sort ne résout pas le problème et l’archiviste doit tirer de ces contraintes une liberté d’action.

Pour comprendre ce qu’est le métier d’archiviste, il faut connaître ce qui en constitue son quotidien, les actions concrètes qui en font sa raison d’être. Parmi elles se trouve le traitement du vrac, des archives abandonnées, sauvées in extremis, parfois par hasard, et qui par l’opération de classement acquièrent une structure et une logique à partir desquelles les chercheurs en extrairont les matériaux pour l’histoire. Sur ces opérations et leurs ressorts il convient de citer l’étude anthropologique qu’en a fait Anne Both2.

L’archiviste doit avoir le sens du concret, ayant toujours en tête que la conservation du patrimoine archivistique est à la fois intellectuelle et matérielle, les deux étant consubstantiels.

Il convient qu’il développe une posture d’attention au besoin, d’empathie auprès des producteurs pour les convaincre de l’impérative nécessité de faire une place digne aux archives, car si elles sont bien traitées, elles sont pour eux un gain de temps et d’efficacité et, en définitive, un témoignage valorisant de leur activité. Il doit ainsi, expert en pédagogie,  maîtriser la médiation écrite et orale, pour cultiver en plus du savoir et du savoir-faire un « faire-savoir »3 qui n’est pas futile vis-à-vis des savoirs et des méthodes scientifiques, mais qui en est son meilleur medium.

Le métier d’archiviste est confronté de nos jours à la révolution numérique, qualifiée de « silencieuse mais glorieuse »4 . En effet les sites internet des archives reçoivent plusieurs millions de visiteurs consultant plusieurs milliards d’images en ligne, ce qui en font les bases de données culturelles les plus consultées du Web. Ces chiffres sont flatteurs et impressionnants, surtout lorsqu’on compare la salle de lecture virtuelle à la salle de lecture réelle. Mais seulement 2 à 3 % des données sont consultées par près de 98 % des visiteurs5. Le site internet doit lui aussi être l’objet d’une médiation afin d’orienter les lecteurs, et de faire découvrir les ressources inexploitées et, ainsi, de jouer sur la sérendipité des internautes qui sont eux-mêmes sollicités : Le web collaboratif est un pari sur l’intelligence et la motivation des publics. L’enjeu est pour Édouard Bouyé et Thierry Heckmann, directeur des archives départementales de la Vendée, de centrer la politique numérique des services sur les besoins des publics6 .

Les thèmes de la réutilisation des données et de l’archivage électronique au sein d’une société, décrite à la fois comme « hypermnésiques et amnésiques »7 sous le coup de « l’infobésité »8, sont abordés.

Rien de ce qui est humain n’est étranger aux archives. L’archiviste les collecte et les rend intelligibles au plus grand nombre. Sa mission est de comprendre sans juger. Édouard Bouyé qualifie de « psychologique[s] ou d’existentiel[les] » ces archives auxquelles est lié un passé individuel ou familial douloureux enfouis depuis plusieurs décennies, exhumé par l’envie de savoir des descendants ou des personnes elles-mêmes.

En effet, il ne faut pas oublier l’aspect sensible, voire sentimental, de l’archive, celui qui se dévoile autant à nous en tant qu’amateurs d’histoire aspirant à en faire notre métier, qu’au simple curieux, et qu’Arlette Farge a décrit avec délicatesse dans Le goût de l’archive 9 . Les archives concentrent un mélange de curiosité, de crainte, sources de petites joies et d’interrogations inépuisables face au réel du document, parvenues jusqu’à nous après avoir fait l’épreuve du temps. Elles sont surtout les cendres d’une époque, d’une région, infimes et uniques traces d’un passage terrestre pour les millions de fantômes qui peuplent les magasins et à qui l’archiviste redonne une voix le temps d’une lecture publique, d’une exposition, d’une communication.

La lecture à haute voix d’un document d’archives est le medium le plus efficace : la barrière de la paléographie, et parfois de la langue, sont dépassés pour retrouver la force de la concrétion de l’histoire en un micro-événement qui évoque en quelques lignes les grands enjeux à l’œuvre.

Le cercle vertueux de l’action culturelle consiste à soutenir la bonne volonté des lecteurs assidus, universitaires ou non-universitaires, des simples passionnés dont il convient d’encourager les initiatives afin de se constituer un socle dont l’étendue à vocation à s’élargir au fil des événements et des rencontres que ceux-ci permettront, créant un mouvement endogène. Ainsi de manière pragmatique l’archiviste est informé par des lecteurs que telle personne, descendante d’une famille de notables ou ayant animé une association, cherche à se débarrasser de ses archives, que tel notaire possède des minutes remontant au XVIIe siècle et qu’il en freine l’accessibilité aux chercheurs.

Le partenariat est le maître mot car il est le seul à offrir une dynamique et une énergie suffisantes à concrétiser les projets ambitieux, et ainsi à contourner les contraintes économiques. Toutes les grandes entreprises d’érudition et de travaux scientifiques ont été menées de manière collective. Ainsi la collaboration, aux moyens décuplés par les outils informatiques, est le plus sûr moyen de faire vivre les services à un rythme intense et attractif.

Assurément c’est un livre décrivant un métier à la passion contagieuse, faisant comprendre les ressorts profonds de cette passion qui animent les personnes qui exercent, ou veulent exercer, ce métier : l’archiviste est de plein pied dans la cité, sachant mettre ses compétences scientifiques et culturelles de conservateur au service de son rôle administratif de fonctionnaire. Il est homme de réseau, de rencontre, au service d’une mission régalienne, maillon d’un réseau homogène sur l’ensemble du territoire, héritier d’une tradition tel un nain juché sur des épaules de géant. Son utilité et sa visibilité vont croissant en raison de la volonté affirmée d’aller au-devant des publics.

Édouard Bouyé, L’archiviste dans la cité. Un ver luisant, Éditions Universitaires de Dijon, Collection Essais, Dijon, 2017, 105 p.

  1. Gilles Désiré dit Gosset, « À quoi sert un archiviste départemental ? », conférence prononcée le 6 décembre 2007 à l’École des chartes, en ligne sur: http://elec.enc.sorbonne.fr/conferences/desire []
  2. Anne Both, Un travail de fonds pour l’éternité. Anthropologie comparée des pratiques archivistiques. Enquête sur le terrain des archives municipales, départementales et diplomatiques, Paris, Ministère de la Culture, 2010 []
  3. Édouard Bouyé, L’archiviste dans la cité. Un ver luisant, Éditions Universitaires de Dijon, p. 37. []
  4. Ibid., p. 35 []
  5. Ibid., p. 39 []
  6. « Les Archives de la Vendée et le portail France-Archives » Communication au Conseil supérieur des Archives, 3 mai 2016. []
  7. Édouard Bouyé, L’archiviste dans la cité. Un ver luisant, Éditions Universitaires de Dijon, p. 7 []
  8. Ibid,. p. 54 []
  9. Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris, Le Seuil, 1989 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *