Neuf mois aux côtés d’un ménestrel: l’interrogatoire de Robert Wourdreton (1385)


Élève archiviste-paléographe de 3e année, Pierre Pocard prépare une thèse d’École intitulée : Faire corps et s’intégrer, les communautés professionnelles de ménestrels à la fin du Moyen Âge (XIVe-XVIe siècle), sous la direction de Martine Clouzot (Université de Bourgogne) et Olivier Guyotjeannin (Ecole des chartes).


Si elle a été étudiée pour son apport à l’histoire politique et à l’histoire du crime1, l’affaire Wourdreton n’a pour ainsi dire pas suscité de commentaire de la part de ceux qui se sont penchés sur l’histoire des jongleurs et des ménestrels. Cette sombre affaire politico-judiciaire qui sert a posteriori de justification à la confiscation des terres françaises de Charles le Mauvais auprès du public2 met pourtant au premier plan le valet d’un joueur de harpe, Robert Wourdreton, suspecté en 1385 d’avoir tenté d’empoisonner le roi et ses oncles à la demande du roi de Navarre. Les sources sont assez abondantes mais présentent de grandes divergences : le Religieux de Saint Denis raconte en effet l’affaire, avec le lot de déformations inhérent à une écriture de l’histoire au service du pouvoir, et l’on dispose également de l’interrogatoire de Robert Wourdreton3, selon une procédure extraordinaire. Ce dernier donne un récit circonstancié et une description unique de l’exercice du métier de ménestrel à la fin du XIVe siècle, moment clé dans le processus de professionnalisation des musiciens, qui se spécialisent dans la pratique instrumentale et se constituent en corporations.

L’interrogatoire de Wourdreton est donc un document précieux, ce qu’avait déjà relevé François-Denis Secousse au XVIIIe siècle4, qui renseigne tant sur l’itinérance dont on fait souvent une caractéristique majeure des jongleurs, sur leurs rémunérations et les circonstances d’exercice de leur métier, que sur leur insertion dans les sociétés curiales (royale ou princières). L’apport de ce document est d’autant plus capital que le récit couvre une période de neuf mois au cours de laquelle Wourdreton et son maître, Watier le Herpeur, ont beaucoup voyagé. Il est dès lors possible, à partir de cet exemple, de reconstituer dans l’espace et dans le temps toute l’activité d’un musicien professionnel qui évolue en dehors du cadre corporatif. Ce dernier, s’il prétend être hégémonique, laisse en effet des lieux d’expression à des musiciens extérieurs aux corporations, permettant à des individus comme Wourdreton et son maître de jouer devant roi et princes. Cela est lié à des conceptions différentes de la rémunération entre les ménestrels incorporés et les autres: les premiers touchent une rétribution tarifée qui s’apparente à un salaire et tend à se fixer quand les autres reçoivent, comme Watier, des dons et des aumônes.

La question  des montants de  la rémunération des ménestrels et des jongleurs mérite qu’on s’y attarde, en s’appuyant sur les différents dons en monnaie qu’ont reçus Watier le Herpeur, sa femme et Robert Wourdreton entre septembre 1384 et février 1385.  L’apport du document sur ce point se fait particulièrement sentir puisqu’il serait impossible d’appréhender, sur une telle durée, les revenus d’un ménestrel non pensionné  à partir de mentions éparses dans des comptabilités dispersées. La portée illustrative et l’aspect vivant du récit de Wourdreton m’ont également conduit à proposer une nouvelle édition de l’interrogatoire,  dont les annotations ont pour but de souligner les éclairages apportés par le document à l’histoire des jongleurs.

En six mois, Watier et sa petite troupe reçoivent en don près de 40000 deniers tournois (167 £). Cette somme assez importante invite à largement pondérer la réputation de misère qu’on fait souvent aux ménestrels sans protecteur fixe, ce qui est confirmé par le fait que Watier possède plusieurs chevaux -ce qui n’est pas rare chez les ménestrels. Watier a un accès facile aux puissants et peut sans mal jouer pour eux, afin de recevoir un don en argent. Il semble toutefois qu’il soit difficile de se présenter deux fois chez une même personne: de retour à Paris, Watier et Wourdreton ne cherchent pas à jouer de nouveau là où ils ont exercé leur métier lors de leur premier séjour. Au contraire, ils cherchent le connétable de France « pour aller jouer devant lui pour ce que oncques mais n’y avoient joué ». Cela semble lié au statut de la rétribution des ménestrels comme Watier, qui s’apparente à une aumône plutôt qu’à un véritable salaire, d’autant que Watier est un pèlerin:  l’accueillir, c’est faire preuve d’hospitalité, lui faire un don, c’est s’attirer la bienveillance de Dieu et faire son salut.  La rémunération n’est pas fixe et dépend du bon vouloir du donateur, d’où une grande variabilité dans les sommes reçues. Mais cette variabilité n’est pas un hasard complet, au moins à la cour de France: plus le rang du donateur est élevé, plus le don est important. Cela semble dû autant à la fortune du donateur qu’à un respect de la hiérarchie. Il est impensable que le roi puisse se montrer moins généreux qu’un prince mécène comme Jean de Berry et il est fort probable qu’avant le don, le roi interroge le ménestrel sur ce qu’il a reçu précédemment, de la même manière que Charles le Mauvais avec Watier lorsque celui-ci arrive à Olite5. Une mention dans les comptes du duc de Berry6 permet de comparer les dons faits à Watier et ses compagnons aux gages d’un ménestrel pensionné, à une date relativement proche (1371). Les 40 000 deniers gagnés entre septembre 1384 et février 1385 par Watier représentent une somme de 6650 deniers tournois par mois environ, à partager entre trois personnes (un peu plus de 9 £ par personne). Un ménestrel du duc de Berry touche en 1371 environ 175 deniers tournois par jour pour ses gages, soit environ 5000 deniers tournois (21 £) par mois. Les revenus de Watier le Herpeur, qui dispose, dans le cas d’un partage équitable assez peu probable, de deux parts sur trois,  sont donc loin d’être ridicules, si ce n’est équivalents,  en comparaison de ceux d’un ménestrel pensionné.  La situation de ce dernier présente toutefois un certain confort, puisqu’elle assure une sécurité et que les gages perçus ne sont pas son unique source de revenus.

L’interrogatoire de Wourdreton donne une image nouvelle des jongleurs-ménestrels et montre tout l’intérêt des documents d’archives pour écrire leur histoire, encore trop souvent basée sur l’extrapolation de sources littéraires ou iconographiques. On constate notamment que le nomadisme du musicien itinérant n’est pas une errance permanente: Watier a en effet un port d’attache à Londres, et s’il passe l’essentiel de l’année 1385 sur les routes, il s’agit d’un voyage apparemment exceptionnel et à motivation religieuse, où l’exercice de son métier ne joue qu’un rôle secondaire. Cette affaire apporte également un éclairage sur la position sociale des jongleurs, qui s’ils ne sont pas à proprement parler des marginaux, comme on a longtemps pu l’écrire, ont une position ambiguë, à la frontière entre deux univers sociaux. Côtoyant les puissants sans en être eux-mêmes, ils sont à la fois familiers et étrangers à la société curiale, ce qui les mène assez naturellement à y jouer le rôle d’élément perturbateur, de personnage par qui le trouble survient. Si Watier n’est pas personnellement coupable, c’est lui qui fait entrer en scène le coupable, Robert Wourdreton. On retrouve dans d’autres sources judiciaires un rôle similaire du musicien : il est fréquent, dans les lettres de rémission royales de la fin du Moyen Âge de voir des jongleurs à l’origine de bagarres mortelles, de règlements de compte. Même s’ils ne sont pas impliqués personnellement, leur seule présence semble être un élément favorable à la subversion de l’ordre, un facteur déclencheur de conflit.

Illustration: Paris, BnF, manuscrits, Français 338  Fol 117v (détail).  [Disponible sur Gallica: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8514424m/f242.image ]
Guiron le Courtois, d’Hélie de Boron. Reine d’Ecosse écoutant un harpiste.

  1. COLLARD (Franck), « le récit d’un crime et ses métamorphoses, l’affaire Wourdreton/Delstein, 1385 », in Un Moyen Âge pour aujourd’hui, mélanges offerts à Claude Gauvard, Paris : PUF, 2010, p 415-423 []
  2. CHARON (Philippe), Princes et principautés au Moyen Âge, l’exemple de la principauté d’Evreux, Paris : École des chartes, 2014, p. 707-709. Je tiens à remercier l’auteur de  m’avoir indiqué que cette affaire pourrait m’intéresser dans mes recherches sur les jongleurs à la fin du Moyen Âge []
  3. Arch. Nat. J 619 n°11 []
  4. SECOUSSE (François-Denis), Recueil de pièces servant de preuves aux Mémoires sur les troubles excités en France par Charles II, dit le Mauvais, roi de Navarre et comte d’Evreux, Paris : Durand, 1755 et Mémoires pour servir à l’histoire de Charles II, roi de Navarre et comte d’Evreux, surnommé le Mauvais, 1755 []
  5. « il leur demanda quelz dons leur avoient esté donnés en frans » []
  6. Arch. Nat. KK/251 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *