« Rendez-vous d’étoiles à Berlin » dans les actualités filmées, mars 1942

Les actualités cinématographiques sont connues pour être une source privilégiée pour l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, et ont été fréquemment utilisées dans des documentaires télévisés afin de rendre la propagande de guerre mieux connue du grand public1. L’émission télévisée Histoire parallèle, animée par Marc Ferro2, mettait ainsi en regard ces archives audiovisuelles des pays belligérants, en analysant leurs propagandes respectives.

Les journaux d’actualité ont en effet pour spécificité d’avoir été un des médias les plus diffusés pendant la guerre, à une époque où les spectateurs sont particulièrement nombreux à se rendre dans les salles de cinéma. Leur propos est très populaire et propagandiste. Ils sont également au cœur de la culture visuelle des Français pendant la guerre, qui y voient les avancées du conflit à l’international, mais aussi le quotidien de l’Occupation. Au sein de ces récits plus ordinaires et nationaux, la place des célébrités est importante aux yeux des autorités (de Vichy, d’occupation, et pour leurs soutiens) afin de montrer que la vie continue, en utilisant l’image de personnalités populaires. Dans ces conditions, le récit par les actualités filmées de l’unique voyage de propagande en Allemagne des vedettes de cinéma retient toute notre attention.

Les journaux d’actualités en France sous l’Occupation

Les journaux d’actualités, qui étaient passés sous le contrôle de la Commission de censure du Commissariat général à l’Information au moment de l’entrée en guerre, cessent d’être édités en juin 1940. Ils sont remplacés en salle par les Actualités mondiales, édition spéciale de la Deutsche Wochenschau dès le début de l’Occupation, d’abord à Paris puis sur l’ensemble du territoire. Les anciens services d’actualités français y collaborent d’ailleurs, pour fournir des images prises en France qui s’ajoutent aux informations internationales.

Vichy voit cependant l’intérêt de diffuser dans la zone sous son contrôle un journal d’actualité proprement français3. Les négociations sont difficiles avec les autorités allemandes, d’autant que Vichy souhaiterait imposer un journal unique pour la France entière — zone non occupée et zone occupée —, et est en manque de personnel et d’équipement pour réaliser un journal de qualité.

Toutefois, au moment précis qui nous intéresse, à savoir mars 1942, les services d’information français, en négociations pour fonder ce journal unique, sont confrontés à la rupture de leurs accords avec l’ACE4, société distributrice des Actualités mondiales. Le journal de la zone non occupée perd encore de son intérêt, déjà limité, aux yeux du public. C’est pour cette raison que nous nous concentrons dans cet article sur les Actualités mondiales5.

Les artistes cinématographiques dans les actualités filmées

Les sujets abordés dans les actualités cinématographiques sont variés. Il ne faut pas perdre de vue non plus qu’ils relèvent de la mise en scène des propagandes, nazie comme de Vichy. Les vedettes du cinéma sont évoquées dans ces journaux d’actualités qui sont aussi un des lieux d’élaboration d’un discours populaire sur celles-ci6, fortement, influencé par la propagande du moment. Elle sont montrées dans des activités anodines, dans des opérations de bienfaisance qui exaltent leurs valeurs morales et incitent à suivre leur exemple7. Toutefois, il faut aussi rappeler que l’image des vedettes de cinéma est une source d’évasion pour les spectateurs, car ils sont réputés pour vivre une existence extraordinaire, faste, de rêve, dont le décalage avec l’ordinaire est patent du fait des restrictions dues à la guerre. Ils représentent le mode de vie à la française et l’ensemble des Français, mais ils ne partagent pas pour autant le quotidien de tous les Français. La narration des premières de spectacles, par exemple, les met bien à part du reste de la société, montrant l’élégance et la mondanité dans laquelle ils évoluent.

De manière plus explicite, deux thèmes chers à la propagande collaborationniste se servent de l’image populaire des artistes de cinéma : d’une part, la promotion de la vie culturelle à la française, qui permettra à la nation de conserver son rang dans l’Europe nouvelle que construira l’Allemagne nazie, d’autre part, la bonne entente entre acteurs et actrices français et allemands. Ceux-ci incarnent alors la collaboration artistique et sont l’instrument de promotion des films allemands en France.

Vedettes et propagande : un voyage d’exception (18 mars – 31 mars 1942)

Dès lors, le traitement par les actualités filmées d’un événement tel que le voyage de propagande des vedettes françaises en Allemagne et en Autriche est un morceau de choix pour comprendre à la fois les objectifs d’une propagande qui prend appui sur ces personnalités du cinéma et les conditions de sa mise en place selon différents supports médiatiques. L’utilisation de divers médias, surtout de l’audiovisuel et de la photographie, met bien en avant le caractère visuel, peut-être plus qu’écrit, de la propagande d’un tel voyage. Qui plus est, les images animées ne sont pas exemptes, à l’évidence, d’ambiguïté dans le récit, parfois trompeur, du voyage.

Avant d’en venir aux images et à leur réception, faisons un point sur cet événement remarquable pour la perception du vedettariat cinématographique de la période. Devenu incontournable dans toute la littérature au sujet du cinéma français des années 1940-1944, il symbolise souvent pour les commentateurs postérieurs une idéologie ordinaire de la collaboration.

Le 18 mars 1942 commence ainsi pour Junie Astor, Danielle Darrieux, René Dary, Suzy Delair, Albert Préjean et Viviane Romance un voyage vers Berlin, qui se poursuit à Vienne et Munich. Le parcours est jalonné de visites dans les hauts lieux du cinéma de l’Allemagne nazie : Cité du cinéma de la prestigieuse firme UFA de Babelsberg, à Potsdam, studios de la Wien-Films et de Bavaria-Films. Il est aussi marqué par une rencontre avec les ouvriers et les prisonniers français qui travaillent dans ces studios. Alors que la « Relève » est en passe d’être instaurée, cette visite n’a rien d’anodin sur le plan symbolique : c’est un signal fort donné à l’opinion qui attend des nouvelles de ses prisonniers de guerre et un encouragement pour des ouvriers volontaires. 

L’organisation d’un tel voyage est une exception dans les milieux cinématographiques français. On en doit l’initiative aux trois piliers de la propagande allemande en France : l’Institut allemand, l’Ambassade et les services de propagande en France qui dépendent directement du Ministère de la Propagande à Berlin. La collaboration d’Alfred Greven, directeur de la Continental Film, dont un des films, Premier rendez-vous8, est présenté pour l’occasion à Berlin lors d’une première au Marmorhaus Palace, en présence de sa grande vedette, Danielle Darrieux.

Le voyage organisé, à y voir de plus près, fut surtout le résultat d’un compromis entre les exigences du Dr Otto Dietrich, chef de la presse du Reich et des responsables allemands en France, notamment de Greven, qui fournit trois de ses artistes à l’opération. 

Le groupe sélectionné inclut en effet trois vedettes de la Continental Film : Danielle Darrieux et Albert Préjean au premier chef, et Suzy Delair, nouvelle venue. Les trois autres, René Dary, Junie Astor et Viviane Romance, semblent précisément choisis parce qu’ils ne figurent pas au catalogue de la firme trop ouvertement allemande pour une majorité de Français. Le voyage n’est par conséquent pas celui de vedettes qui travaillent déjà pour l’Occupant mais bien celui des vedettes du cinéma français, qu’elles représentent. Le rejet potentiel de l’opinion est pris en compte dès la constitution du groupe, qui se veut rassurant pour le public. Populaires et appréciées, françaises, non compromises par des relations trop connues avec les allemands, ces six vedettes doivent renvoyer l’image policée et positive d’une collaboration culturelle tout à fait banale, qui renoue avec les échanges d’avant-guerre entre les deux puissances cinématographiques européennes.

La diffusion structurée d’une propagande

Le voyage est évidemment envisagé pour l’impact attendu sur l’opinion :

on peut penser, à en juger par ce qu’en rapportent les médias les plus répandus (actualités cinématographiques, radio, grands quotidiens, magazines illustrés), qu’une telle information laisse dans l’opinion publique un souvenir plus marquant que la sortie du dernier ouvrage de Déat ou le prochain discours de Doriot9.

C’est pour cette raison que dès la préparation est conçue la diffusion par les médias de l’époque. Le directeur de l’hebdomadaire Ciné-mondial, Pierre Heuzé, en est ainsi partie prenante. Il livre son compte-rendu du voyage dans son magazine en l’étalant en double page sur 9 numéros, du 10 avril au 12 juin 194210 : l’écho porte donc bien au-delà de la fin du séjour.

Cependant, les actualités filmées ont bien la primauté — y compris par rapport à la presse quotidienne — de la transmission de cette propagande. Elles semblent être les premières à rendre compte de l’événement pendant son déroulement.

Elles ont ainsi la quasi-exclusivité de la divulgation de l’information pendant le voyage : les images du départ sont montrées dans les salles françaises dès le 27 mars 1942, alors que les vedettes se trouvent encore en Autriche11. L’autre bande consacrée au voyage de propagande est diffusée plus tard, le 10 avril, et contient des images venues d’Autriche et des prises de vues réalisées à Paris lors d’une rencontre avec la presse.

On constate alors que la presse, généraliste et spécialisée, prend le relais de cette information : Ciné-mondial de façon extensive et exhaustive, le reste de la presse se contentant de dépêches des agences de presse officielles, à l’exception d’un titre du groupe de Jean Luchaire, patron de presse collaborationniste et père de l’actrice Corinne Luchaire, associé à la promotion du voyage12.

La propagande du voyage fait apparaître une hiérarchie des médias en fonction du pouvoir d’influence sur l’opinion qui leur est reconnu par le pouvoir politique et militaire. Les actualités cinématographiques sont privilégiées dans la mesure où elles atteignent un plus large public que la presse, public d’autant plus réceptif dans le cas présent puisqu’il voit dans ces journaux d’actualités les mêmes « acteurs » que ceux qu’il a déjà l’habitude de retrouver dans le contexte de la salle de cinéma.

Il faut toutefois souligner un point important : de ce voyage, nul compte-rendu, nul entrefilet ne figure dans la presse basée de l’autre côté de la ligne de démarcation, pas même dans la presse cinématographique. Nous n’avons pas pu vérifier s’il en était de même dans le Pathé Journal de Vichy — dans tous les cas, les images qui pourraient y être utilisées seraient nécessairement celles des Actualités mondiales.

Les particularités du récit des Actualités mondiales

Seuls le début et la fin du séjour sont exploités dans la relation de l’événement par les actualités filmées. Au départ du train gare de l’Est, on fait ainsi le portrait de chaque vedette. On s’attarde sur chaque visage et sur la camaraderie dans laquelle s’effectue le voyage. Ces images de convivialité viennent renforcer le commentaire, qui insiste sur les « camarades des studios de Vienne, de Munich et de Berlin ». On voit également les photographes présents sur le départ.

La deuxième bande, à Vienne, égrène également la liste des artistes, mais cette fois, les artistes ne sont pas montrés successivement et on détourne l’image vers les monuments de la capitale autrichienne. Le commentaire est en effet devenu mensonger : tous les artistes ne sont plus présents. Il faut cependant faire croire que Danielle Darrieux fait encore partie du voyage, alors que celle-ci a quitté le groupe après Berlin13. Un visionnage attentif permet de se rendre compte de son absence, mais ne correspond pas à ce que faisaient les spectateurs en salle, qui voyaient vite défiler cette courte partie du journal. Évoquer son abandon eut été un aveu d’échec pour les organisateurs, Danielle Darrieux étant la principale figure mise en valeur par la propagande.

Le voyage de propagande des vedettes de l’écran reste un point fort des opérations de propagande de la période. Il fut aussi un moyen de donner plus de vigueur au discours sur la régénération du cinéma français dont Premier rendez-vous est le symbole, un cinéma moralisé, en phase avec les idées de la Révolution nationale. Si un deuxième voyage fut projeté, celui de mars 1942 resta cependant le seul réalisé. Plusieurs explications peuvent être avancées : les circonstances moins favorables dues au déroulement de la guerre, l’échec d’une réelle collaboration des vedettes du cinéma français, les réticences dont celles-ci firent preuve au cours du voyage, enfin l’accueil réservé à l’événement par l’opinion française au premier voyage (indifférence, désapprobation ?) ont vraisemblablement détourné les autorités d’organiser une seconde expédition.

 

  1. On peut également penser à Archives de guerre (DVD), édité par Nouveau monde éditions, 2004, avec Marc Ferro au commentaire. []
  2. Émission hebdomadaire programmée sur La Sept puis sur Arte, de mai 1989 à juin 2001. []
  3. Un journal appelé Pathé Journal de Marseille ou Journal de Vichy est ainsi diffusé de 1940 à 1942. Les bandes en sont partiellement visibles sur le site de Gaumont-Pathé Archives. []
  4. Alliance Cinématographique Européenne, société allemande implantée en France. []
  5. De nombreuses bandes des Actualités mondiales sont en libre accès sur le site de l’INA. []
  6. De même que les titres de la presse cinématographique par exemple. []
  7. « L’Arbre de Noël des prisonniers », décembre 1941, dans lequel on voit Jean Tissier et Pierre Larquey déguisés respectivement en Saint Nicolas et Père Noël au Noël des enfants de prisonniers de 1941. La comédienne Paulette Dubost distribue des cadeaux aux enfants. (Gaumont-Pathé Archives). []
  8. Réalisé par Henri Decoin, sortie parisienne en août 1941. []
  9. Pascal Ory, Les collaborateurs, Paris, Seuil, 1997, (1ère éd. 1980), p. 62. []
  10. Ciné-mondial, n°33 à 42. []
  11. La plupart des autres médias, notamment écrits, que nous avons consultés ne commencent à évoquer le voyage qu’à partir du retour des artistes, le 31 mars. []
  12. Le magazine illustré Toute la vie est ainsi le seul à consacrer un court article pendant le voyage, dont est issu le titre de notre article. Cf. Toute la vie, hebdomadaire de la vie nouvelle, n°33, 26 mars 1942. Son tirage est cependant assez limité, d’autant qu’il s’agit d’une presse très collaborationniste et très parisienne. []
  13. Elle y a retrouvé son futur mari, Porfirio Rubirosa, diplomate dominicain retenu prisonnier en Allemagne. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *